5, rue Maréchal Joffre 44510
Le Pouliguen

Dernières news Ciné

Triple Frontière : le film d’action de Netflix a embarqué les spectateurs
Triple Frontière : le film d’action de Netflix a embarqué les spectateurs

Disponible depuis le 13 mars, Triple Frontière et son casting ont convaincu les spectateurs de plonger dans ce film de braquage réalisé par J. C. Chandor. La mise en scène a conquis le public friand d’action mais aussi de réflexion.


En savoir plus
 
Le Printemps du cinéma 2019 : déjà 1,5 millions d'entrées
Le Printemps du cinéma 2019 : déjà 1,5 millions d'entrées

Débuté ce dimanche 17 mars, la vingtième édition du Printemps du cinéma rencontre un beau succès : 1 500 000 spectateurs se sont déjà rendus en salles pour profiter de l'opération.


En savoir plus
 
Festival 2 Cinéma de Valenciennes : découvrez la sélection de l'édition 2019
Festival 2 Cinéma de Valenciennes : découvrez la sélection de l'édition 2019

Du 19 au 24 mars, le Festival 2 Cinéma de Valenciennes proposera plus de 40 longs métrages, ainsi que deux compétitions dédiées aux documentaires et aux fictions. Découvrez les films sélectionnés pour cette 9ème édition...


En savoir plus
 
Plus de news ciné avec Allociné
 

Bandes annonces

Rebelles Rebelles

Voir la bande annonce

 

Mon Bébé Mon Bébé

Voir la bande annonce

 

Ma vie avec John F. Donovan Ma vie avec John F. Donovan

Voir la bande annonce

 
Plus de bandes-annonces
 

Blog du ciné

LE R.A.DI, KEZACO ?

Publié dans Dans vos salles

Publié le 21/07/2009 à 14h00

LE R.A.DI, KEZACO ?

On pourrait croire qu’il s’agit de ces petits légumes colorés qui s’étirent en rangées dans nos potagers. Ces petits sachets de graines qu’on donne à semer aux enfants, qu’ils éparpillent au vent et viennent chaque jour voir pousser, jusqu’à l’instant magique où ils peuvent enfin croquer leur miraculeuse récolte.

A vrai dire, le R.A.Di qui nous concerne répond un peu aux mêmes ambitions.

Le Réseau Alternatif de Diffusion, c’est ce petit organisme qui vient semer ses courts métrages au début de certaines de nos séances. Créé en 1989 par l’Agence du Court-métrage, le R.A.Di offre ses graines de film pour chaque cinéma qui cherche à diversifier son jardin, à retrouver une récolte plus authentique, et s’éloigner ainsi d’une (agri)culture intensive.

En traduction cinématographique, le R.A.Di, c’est la possibilité d’offrir à de jeunes réalisateurs des écrans où diffuser leurs premières œuvres, et l’opportunité de se faire (re)connaître. C’est aussi pour les salles la chance de surprendre son public en proposant en plus de sa programmation habituelle une touche originale. Et pour les spectateurs, enfin, c’est s’octroyer un plaisir supplémentaire, gratuit, inattendu.

Chaque année, le R.A.Di met ainsi à la disposition des cinémas adhérents un catalogue de 250 titres, dont la durée varie entre 2 et 15 minutes, et qui ont tous bénéficié d’une carrière remarquable en festivals. En perpétuel renouvellement, la liste des courts-métrages cherche à aborder tous les genres, de la fiction à l’animation, en passant par le documentaire et l’expérimental. Grâce à ce large éventail, le R.A.Di permet ainsi aux spectateurs de découvrir des œuvres souvent remarquables, et difficilement accessibles.

Au cinéma Atlantic et au cinéma Pax, nous avons tenu à adhérer à ce réseau, parce qu’il constitue selon nous une véritable aubaine pour tous les amoureux du cinéma. C’est ainsi que chaque semaine, un nouveau court-métrage vous est proposé avant certaines séances. C’est un choix que nous estimons représentatif d’un état d’esprit, celui d’un cinéma qui préfère laisser la place à la création plutôt qu’à la publicité, qui refuse une logique purement commerciale et veut redonner la place au cinéma des passionnés.

On dit du radis que sa chair est croquante, fraîche, parfois piquante. Il en va de même pour tous ces courts métrages que nous propose le Réseau Alternatif de Diffusion, tous ces apéritifs de film qu’on déguste, plus par gourmandise que par faim. Et si ce R.A.Di là peut être garanti 100% biologique, c’est bien parce qu’il est bon pour notre santé intellectuelle, et pour la santé du cinéma !


Le court-métrage, une œuvre à part entière

Loin de n’être qu’un passage obligé, la réalisation de film court est enfin reconnue pour ce qu’elle est : la possibilité de produire des œuvres à part entière, engageant de véritables enjeux de société et invitant à reconsidérer le discours cinématographique.

La publication par l’Agence du magazine Bref*, exclusivement consacré à cette création, avec une approche singulièrement critique, a directement contribué à redonner un statut d’auteur à des réalisateurs de courts métrages.

* des bulletins d’abonnement au magazine Bref sont disponibles à la caisse

 

 

  • Précédent
  • 1
  • Suivant